Retenez ce nom Mikail Akar

Retenez ce nom Mikail Akar


 

Du haut de ses 7 ans, ce “mini Picasso” Allemand est la nouvelle Coqueluche de la scène artistique mondiale.

Ce prodige de l’expressionnisme agite les collectionneurs en vendant des toiles à plusieurs milliers d’euros.

Néanmoins il est important de se focaliser sur le rôle des parents, ont-ils eu raison de pousser le jeune artiste sur les devants de la scène ? Auraient-ils du laisser-faire le temps ?

Kerem Akar, père de Mikail, se félicite de l’intérêt porté par l’Allemagne, la France et les États Unis pour l’art de son fils.

 

 

Il dit avoir découvert le talent de son fils après lui avoir offert une toile et quelques pinceaux pour ses 4 ans, puisqu’il en avait « assez de jouer avec ses petites voitures et ses figurines ».  

Kerem souligne que « le premier tableau était fantastique », il avait alors pensé que sa femme l’avait peint puis « en voyant son deuxième et troisième tableau, il était clair que le jeune Mikail avait don ».

Les parents de Mikail s’efforcent de ne pas mettre la pression sur leur fils et le protègent face à cette gloire soudaine. « Si c’est trop pour lui, on interviendra. Nous refusons beaucoup de demandes », affirme Kerem Akar. « Il ne peint que quand il le veut : parfois, c’est une fois par semaine, parfois une fois par mois ». Ses parents ont néanmoins arrêté leurs carrières professionnelles pour fonder leur propre agence et ont contribué à faire de leur fils une marque à succès.

 

 

Mikail Akar compte près de 50.000 abonnés sur Instagram. Il exposera pour la première fois de sa vie à l’étranger : à Paris, au printemps prochain. 

Vous pouvez compter sur Alix pour vous tenir informé des avancées du petit Mikail.