10 choses à savoir sur Paul Gauguin

10 choses à savoir sur Paul Gauguin

Paul Gauguin est un artiste français incontournable du courant postimpressionnisme. S’il a échoué dans la conquête de la fortune, il a brillé par son talent d'avant-garde. Découvrez dix histoires méconnues sur le génie et les tourmentes d'un artiste maudit.

 

1/ Petit-fils de Flora Tristan

Portrait de Flora Tristan

Flora Tristan était une femme de lettres et féministe française. Elle n’est autre que la grand-mère maternelle de Paul Gauguin ! D’origine franco-péruvienne, elle épouse le graveur André Chazal à 17 ans. L’homme est violent. Aussi, Flora Tristan s’enfuit en 1825 avec ses enfants, parmi lesquels Aline, future mère de Paul Gauguin. Mais André Chazal la retrouve et lui enlève leur fille. Il tente même d’abattre son ex-compagne en 1838 avec un revolver avant d’être condamné à 20 ans de travaux forcés.

 

2/ Avant d’être peintre, l’artiste était Marin

Paul Gauguin, La plage au Pouldu, 1889

À 17 ans, Paul Gauguin s’engage comme matelot dans la marine marchande. Il embarque pour Rio de Janeiro et retrouve les terres de son enfance : l’Amérique du Sud. Le futur artiste né à Paris a passé les premières années de sa vie à Lima. En effet, ses parents ont quitté la France pour fuir le régime politique de Napoléon III et se sont réfugiés au Pérou.

 

3/ Déchiré par l’abandon de sa famille en 1885

Paul Gauguin, Mette Gauguin en robe de soirée (huile sur toile, 1884)

Paul Gauguin, Mette Gauguin en robe de soirée, 1884

Il passe quelques mois à Rouen aux côtés de Camille Pissaro et se consacre ainsi totalement à la peinture. Mais ses 40 toiles réalisées en moins d’un an ne suffisent pas à faire vivre son foyer. Il prend alors la décision de quitter la France et part à Copenhague. Il y retrouve sa femme danoise Mette et leurs cinq enfants. Toute la petite famille vit alors chez la mère de Mette. Seulement Gauguin ne s’épanouit pas chez sa belle-mère, avec qui il n’a pas énormément d’affinités. Ses affaires ne sont pas non plus au beau fixe, ce qui le contraint à retourner à Paris en 1885, laissant alors les siens au Danemark, le cœur brisé. Il part quand même avec l’un de ses enfants, Clovis. Par la suite, il rend visite à sa famille en 1891 et en 1895.

 

4/ Il a participé à la construction du canal de Panama

Paul Gauguin Autoportrait

Autoportrait de Paul Gauguin

Celui qui fut le précurseur de l'école de Pont-Aven a également fait partie des terrassiers qui ont construit le canal de Panama. En 1887, il écrit à sa femme : "Je dois creuser de 5h30 du matin à 6h du soir." Un lourd projet au cours duquel plus de 25 000 travailleurs ont laissé la vie. Quant à Gauguin, il y est tombé malade et a contracté la fièvre paludéenne.

 

5/ Gauguin et Van Gogh : une amitié déchirante

Paul Gauguin, Van Gogh peignant des tournesols, 1888

En 1888, les deux artistes se lient d’une profonde amitié. Ils cohabitent deux mois à Arles entre absinthe et peinture. Mais tout les oppose ! Van Gogh est très productif et peint d’après la nature tandis que Gauguin laisse peindre son imagination. Fin 1888, une violente altercation éclate, Van Gogh menace même Gauguin avec un couteau. C’est cette fameuse nuit, que Van Gogh se tranchera l'oreille à l’aide d’une lame de rasoir (il amènera même ce morceau de chair à une prostituée qu’il fréquentait). Le lendemain, Paul Gauguin quitte Arles. Van Gogh lui écrira régulièrement, puis se donnera la mort… Peu après, Gauguin quitte Paris pour Papeete, sur les conseils de son ami regretté.

 

6/ Tahiti pour une nouvelle vie

Paul Gauguin, D’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?, 1897-1898

L’artiste ne reste pas en place. Il quitte la France en 1891 et part à Tahiti où le gouvernement français le missionne pour étudier les coutumes et paysages de l’Île. C’est grâce à l’achat par Edgar Degas de son œuvre La Belle Angèle et par la vente publique de ses travaux que Gauguin s’offre cette nouvelle expérience.

Après Tahiti, le peintre découvre les Îles marquises. Une période loin de la civilisation occidentale où il s’épanouit, grandement inspiré par l’ambiance tropicale et les couleurs vives qui insufflent à son œuvre un vent de fraîcheur et un regain de créativité.

 

7/ L'appartement de Gauguin, pillé par sa maîtresse

Paul Gauguin alphonse mucha javanaise

Alphonse Mucha, Portrait d’Annah la Javanaise

En 1894, ses difficultés économiques persistent, et Gauguin rentre en France. Alors qu'il vient de s'installer à Concarneau avec sa nouvelle maîtresse, Annah la Javanaise, Paul Gauguin se trouve étrangement impliqué dans une bagarre coriace qui le conduit à l'hôpital. Il y reste deux mois, déconnecté de la réalité entre la morphine et l'alcool. À son retour, son atelier a été complètement dévalisé par Annah.

 

8/ Les maîtresses polynésiennes de Gauguin étaient particulièrement jeunes

Paul Gauguin lit

Paul Gauguin, Te tamari no atua, 1896

Paul Gauguin a eu des maitresses très jeunes. A Tahiti, il fréquente principalement quatre jeunes filles : Tehura, 13 ans, mais aussi Titi, ou encore Pau’ura et Vaeoho qui ont 14 ans. Le manque de cohérence entre son discours et ses actes lui sont fortement reprochés aujourd’hui.

 

9/ Il a longuement été souffrant

Paul Gauguin, Le Christ jaune, 1889

Fin des années 1890, Gauguin connait une période très difficile. La mort de sa fille Aline en 1897 le plonge dans un profond désarroi. En outre, il souffre terriblement d’une blessure à la jambe provoquée lors d’une bagarre à Concarneau quelques années plus tôt. Des souffrances telles qu’il tente de mettre fin à ses jours. Il vend alors ses tableaux et achète de la morphine et de l’arsenic pour apaiser, définitivement, ses douleurs.

 

10/ L’un de ses chefs-d’œuvre vendu à 265 M

Paul Gauguin, Quand te maries-tu?, 1892

Estimée à 265 M, sa toile « Quand te maries-tu » a été vendue en 2015 à un acheteur inconnu. Elle était alors l’œuvre d’art la plus chère du monde. Elle a été détrônée en 2017 par « Salvator Mundi », vendue à 450 millions de dollars.