10 Choses à savoir sur David Hockney

10 Choses à savoir sur David Hockney

Portrait of an Artist (Pool with Two Figures), 1972, David Hockney

 

Mondialement connu pour ses Pool Paintings et surtout son Bigger Splash (1967), David Hockney produit depuis les années 1950 une œuvre solaire et hédoniste à la croisée du pop art et de l’hyperréalisme. L’artiste anglais puise son inspiration aussi bien chez Vermeer, Fra Angelico que Matisse ou Picasso. Intéressé par tous les procédés de fabrication de l’image, il n’hésite pas à utiliser la technologie (fax, photocopieur ou iPad…) et à jouer de la perspective pour renouveler sa peinture. Il a également publié plusieurs ouvrages théoriques notamment sur la technique des maîtres anciens. C’est un des plus grands artistes figuratifs vivants. 

 

1/ Britannique à l’inspiration californienne

 

Mr and Mrs Clarck & Percy, 1971

Né le 9 juillet 1937 à Bradford, il est le quatrième enfant d’une fratrie de cinq. À 11 ans déjà, il a l’ambition d’être un artiste. Objecteur de conscience, il refuse de faire son service militaire en 1957 et fait son service national dans des hôpitaux pendant deux ans.

Après des études au Royal College of Art de Londres dont il sort diplômé en 1962, David Hockney débute sa carrière de peintre. L’année 1964 marque un tournant dans sa vie puisqu’il découvre la Californie, ses immenses maisons et ses piscines d’un bleu turquoise qui deviendront une source d’inspiration considérable. 

Durant cette période, il se familiarise avec les Polaroïds et la peinture acrylique qui définiront un style à part entière, entre Pop art et hyperréalisme.

 

2/ Il habite en Normandie à Beuvron-en-Auge dans le Calvados

 

© : Jean-Pierre Gonçalves de Lima/David Hockney Courtesy Pace Gallery.

 

David Hockney a quitté le soleil californien pour venir s'établir en Normandie. "J’aimerais simplement travailler et peindre [...], les Français savent vivre, ils s’y connaissent en plaisirs». En 2019, il a acquis une propriété, belle bâtisse à colombages du XVIIème siècle, nichée dans le petit village d'à peine 200 habitants. "La Grande Cour" peinte sous tous les angles par son nouveau propriétaire a déjà eu les honneurs d'une exposition à New-York.

 

3/ A bigger Splash

 

A Bigger Splash, Peinture de David Hockney, 1967

Le nom de cette œuvre phare de David Hockney est aussi un film-documentaire sur sa vie portée à l’écran par le réalisateur Jack Hazan. L’artiste a tenté de s’opposer à la sortie de ce film le jugeant trop intime

 

4/ La famille royale a ses Cavaliers King Charles, Hockney ses Teckels

 

Hockney & dogs

 

David Hockney a une adoration invétérée pour les teckels. Il n’est pas rare de le voir accompagné du petit dernier, venu combler le vide causé par la mort de ses premiers teckels, Stanley et Boodgie. Dans un livre intitulé Dog Day, le peintre réuni les œuvres qu’il leur a dédiées. Vie de chien, n’est-ce-pas…

 

5/ Lorsqu’un être cher lui manque, David Hockney peint des chaises vides.

 

Van Gogh's Chair et Gauguin's Chair en 1988.

 

Nul besoin d’être un expert en la matière pour remarquer la présence de chaises ou de fauteuils vides dans ses œuvres. On pourrait penser à une obsession ou à un goût prononcé à peindre les assises, mais il n’en est rien. Ce motif récurrent est le fruit d’une réflexion plus profonde et porte pour Hockney un poids émotionnel et sentimental. Il symbolise tantôt la nostalgie et l’absence d’un amant, comme en 1972 avec Chair and Shirt, tantôt l’hommage à un artiste admiré comme pour les Van Gogh's Chair et Gauguin's Chair en 1988.

 

6/ Pour lui, peu importe le support, pourvu qu’il y ait de l’art.

 

Garrowby Hill, peinture de David Hockney, 1998

Depuis toujours considéré comme un avant-gardiste, Hockney cultive son identité artistique en se libérant de toute convention. En 1982, il s’était déjà imposé comme le père du photocollage avec The Grand Canyon South Rim with Rail aux dimensions monumentales de 289,6 x 1257,3 cm ; à partir de 2010, il se confirme en acrobate des supports avec ses peintures sur iPhone et iPad.

 

7/ Il s’est décoloré les cheveux.

 

David Hockney

 

Vous pensiez que ce blond californien était naturel ? Et bien non ! Dès l’âge de 20 ans, l’artiste décide de se décolorer les cheveux et de porter ces lunettes rondes qu’on lui connaît encore aujourd’hui. Une manière de faire de sa propre personne une œuvre d’art aussi.

 

8/ Il pèse lourd.

 © Taschen

 

Véritable fierté britannique, David Hockney a la cote et c’est peu de le dire. Il vous faudra débourser entre 2 000€ et 4 000€ pour obtenir son imposante monographie A Bigger Book qui pèse près de 35 kilos ! L’artiste y offre une rétrospective de quatre-vingt ans de vie et de plus de soixante années de travail. On y retrouve son adolescence à l’école d’art de Bradford, son ascension dans le Swinging Sixties londonien, sa vie au bord des piscines californiennes, les paysages du Yorkshire et les œuvres sur iPad.  

 

9/ Un peu de tunning.

BMW 850 CSi, 1995

 

En customisant en 1995 une BMW 850 CSi, Hockney s’inscrit dans la lignée mythique des BMW Art Cars institutionnalisée en 1975 par le pilote Hervé Poulin. Le premier intervenant sera le peintre américain Alexander Calder suivis de Roy Lichtenstein, Andy Warhol, Robert Rauschenberg ou encore Jeff Koons et John Baldessari. 

 

10/ Une oeuvre mythique à cause d’un chagrin d’amour.

 

Model with unfinished self portrait, 1977

 

David Hockney puise résolument son inspiration au cœur de son intimité. Il en tire histoires, sentiments et émotions qu’il couche sur la toile. Dans les années 60, alors qu’il vient de s’installer à Los Angeles, il s’éprend de l’un de ses étudiants en dessin. Portrait of an artist (Pool with two figures), témoigne ainsi de la déception amoureuse liée à cette relation tumultueuse, même des années après sa fin. Hockney y dépeint un amant au regard impassible, annonçant l’échec de l’idylle.